• Quand Le Pen vole au secours de Mélenchon…

    Publié Par Philippe Bilger, le 21 septembre 2016 dans Politique

    Le Front de gauche de Mélenchon a refusé sèchement l’aide de Marine Le Pen pour obtenir les signatures nécessaires pour se présenter à l’élection présidentielle. La stratégie de dédiabolisation de Marine Le Pen ne lui permet pas le grand écart !

    http://www.contrepoints.org/2016/09/21/266460-pen-veut-soutenir-melenchon?utm_source=Newsletter+Contrepoints&utm_campaign=8888d0c8ee-Newsletter_auto_Mailchimp&utm_medium=email&utm_term=0_865f2d37b0-8888d0c8ee-101125109&mc_cid=8888d0c8ee&mc_eid=b3060f7cfc

     

     

    Choix de societé, celui de nos "dangereux" reveurs, Le FN et une Gauche plus ou moins communiste...

     

    Ces gens, des démagogues beaux parleurs, nous proposent des choix de société  tous plus "populistes" les uns que les autres, bien sûr, populisme plus ou moins conservateurs, nos dits révolutionnaires de société.

    (De plus chacun parlant au nom "d'un peuple" qu'il s'imagine être le sien et modelé à sont gout...) 

    Mais aussi, à regarder de près, tous sont "moralement" à tendance dirigiste, et refusent, toutes contradictions sur leur vision sociétaire.

    Soit, le modèle, "le peuple, dirige", modèle purement utopique, (nous le savons tout depuis que le communisme a cherché à s'imposer avec son modèle "populaire", dit dictature du prolétariat). 

    Dans tous les cas existant, il a amené les dirigeants s'en inspirant directement au pur dirigisme personnel. 

    Soient les dictatures de gauche, quelques fois de droite et bien sur, toutes, exercées toujours "au nom du peuple" mais aussi et dans le même temps "contre le peuple"... (Violences politiques rapidement devenues obligatoires, "le peuple de plus en plus pauvre et sans avenir, ayant compris la combine", donc, fermeture totale des frontières pour se maintenir au pouvoir). 

     

    Choix de societé, celui de nos "dangereux" reveurs, Le FN et une Gauche plus ou moins communiste...

     

    Une autre de leurs constances, leur vision totalement "étrique" des liens économiques existant entre pays, que ce soient ceux de l'Europe ou les mondiaux.

    Donc, ce qu'ils nous proposent n'est rien d'autre qu'une fermeture économique plus ou moins totale de la France aux communautés européennes et mondiales...

     

    Choix de societé, celui de nos "dangereux" reveurs, Le FN et une Gauche plus ou moins communiste...

     

    Communautés mondiale dont nos activités économiques et monétaires et donc nos emplois dépendent à plus de 50 %, ce dont ils semblent tout  ignorer.

    Soit, dans leurs rêves utopiques, une France purement française "de souche", ne travaillant que Français , ne commerçant que français , "ne Bai......." que Français, le tout, avec une monnaie française d'évaluable à volonté.

     

    Tous les ingrédients nécessaires à nos reculs économiques et blocages sociétaires...

     

    Choix de societé, celui de nos "dangereux" reveurs, Le FN et une Gauche plus ou moins communiste...

     

    Très proche de ce qu'avait promis Hollande dans sa campagne électorale et que les réalités du monde lui ont empêchées de  tenir...

     

    Choix de societé, celui de nos "dangereux" reveurs, Le FN et une Gauche plus ou moins communiste...

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  Quatre questions sur le sondage sur les musulmans de France publié dans le "JDD"

    Franceinfo    
    Cette enquête, réalisée par l'Ifop, sert de base à une étude de l'Institut Montaigne qui esquisse un portrait inédit des musulmans de France, parfois à rebours de certaines idées reçues. Des musulmans prient dans la mosquée de&nbsp ...

     

    Je n'ais rien contre l'islam mais:

     

     

    Ces gens, nos environ 30% d'intégristes musulmans, sont dangereux. 

     

    A tout moment, par conviction religieuse, ils peuvent agir contre la république, ( soit contre nous tous).

     

    Je n'ais rien contre l'islam mais:

     

    Ils devaient être fichés et tenus de choisir, entre notre république ces lois et règlements et leurs convictions religieuses. 

    (leur religion était une affaire personnelle, la république, elle étant le choix de "Société et de mode de vie" de la majorité de ses habitants).

     

    Ou, devrais, par obligation, s'ils maintiennent ce choix, d'aller vivre dans un pays musulman de leur choix.

     

    Je n'ais rien contre l'islam mais:

     

    Je ne pense pas que les autres tenant des grandes religions refusent les règles et modes de vie des pays ou ils vivent ou, en pire, ou ils ont été accueillis???

     

     

    Je n'ais rien contre l'islam mais:

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Pourquoi faire simple quand on à "interet" à faire compliquée... 

     

    Coignard - La simplification ? Pas si simple ! abonnés
      Le « choc de simplification » ? François Hollande l'a promis le 28 mars 2013... mais personne ne l'a fait !  Lire

     

    Pourquoi faire simple quand on à "interet" à faire compliquée...

     

    Vous en connaissez vous des fonctionnaires leurs assimilés et syndicalistes gauchisants, principalement dans les plus inutiles, (entre 20 et 30 %), prêt à simplifié ce qui fait leur raison d'être en surnombres et de dominer, (regarder de haut), le "pauvre français lambda" qui lui n'y comprend rien, noyer qu'il est dans les règlements, formulaires et autre CERFA...

     

    Pourquoi faire simple quand on à "interet" à faire compliquée...

     

    Il y a longtemps que l'Etat, par le syndicalisme d'extreme gauche qui gangrène nos fonctions et services publics, ne contrôle plus rien.

     

    Pourquoi faire simple quand on à "interet" à faire compliquée...

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    A Alstom pour leurs emplois, ils comptaient, probablement et aussi, sur la chance de Hollande...

    Donc, ne reste que le contribuable...

     

    A la CGT Alsthom, ils n'ont pas de chance...

     

    Emplois, ils sont formidables nos syndicats gauchisant et fonctionnarisés...

     

    ils ne comptent que sur nous, les contribuables, pour financer les deficits de leurs emplois.

    Deficits dont les basent restent le bordel qu'ils foutent dans les entreprises publics et, les avantages sociaux  gagnés grace aux grèves bloquantes de leurs permanents.

     

    Le risque de l'employeur, le travail du salarié, les coûts de fabrication, la qualité des productions, leurs prix de vente, ne restant que très secondaire.

      

    A gauche, une seule vision de l'emploi: le contribuable payera... 

     

    D'où la faillite économique de l'ex URSS et la pauvreté des populations, (le peuple), de tous les pays de réclamant du communisme ou du socialisme.

     

    A la CGT Alsthom, ils n'ont pas de chance...

     

    Hollande et ses amis , bien sur, là aussi,  pour notre économie et donc pour l'emploi, comptaient sur "la chance".

    Vous en connaissez vous des industriels qui comptent sur la chance pour faire fonctionner leur entreprise???

     

    Pas de chance ... donc, il ne leurs reste que de faire encore "plus" payer le contribuable...

     

    Tant qu'à notre CGT national pour elle et comme d'habitude par tradition, pour financer ses emplois, elle compte directement sur le contribuable.

    Un excellent duo de bras cassés pour le développement économique du pays...

     

    A la CGT Alsthom, ils n'ont pas de chance...

     

    Votez à gauche pour faire diminuer vos impôts et taxes qu'ils nous disent, ce sont les riches qui payeront ???

    Usée jusqu'à la trame le riche qui payera, mais à gauche ou au FN, ça marche encore.

     

    A la CGT Alsthom, ils n'ont pas de chance...

     

     

    Mais, qui va payer pour sauver Belfort, devinez ???

     

    Une question simple maintenant : pour sauver Belfort comme l’a indiqué François Hollande, qui va payer ?

    La solution technique que le gouvernement va choisir est évidemment très simple : il va ordonner à la SNCF de commander immédiatement des rames auprès d’Alstom, alors même que la SNCF préfère commander auprès de Bombardier ou de Siemens, moins chers. Et qui va payer ? le client de la SNCF, qui paie déjà pour les retraites des cheminots une surcote équivalent à 10% du prix des billets.

    Mais, bien entendu, il ne faut le dire à personne… Expliquer que tous les Français vont payer de leur poche le sauvetage d’une usine belfortaine mise en difficulté par l’État, ce serait vraiment politiquement incorrect. 

    Il est tellement plus confortable d’expliquer que, tout ça, c’est la faute a ses salauds de patrons ou d'investisseurs qui font tout en cachette.

     

     

    La fermeture de l’usine Alstom à Belfort donne encore lieu à de jolies simagrées de la part de François Hollande, sur le mode du “sauveur” de l’industrie. Officiellement, le site ne fermera pas. Et devinez qui paiera l’addition ? Le client de la SNCF, cette bonne poire qui raque pour toutes les rentes françaises.

    Belfort, une fermeture annoncée depuis longtemps

    Pour trancher le débat du la direction avait-elle prévenu ?, on rappellera juste cette interview aux Échos du PDG d’Alstom en mars 2016, qui annonçait des gains de productivité. Dès septembre 2014, le même Poupart-Lafarge déclarait à des journalistes, au salon Immotrans de Berlin :

    Devant les journalistes français Henri Poupart-Lafarge n’a pas caché une certaine inquiétude. Le plan de charge des différentes usines du groupe dans l’hexagone et donc l’emploi qui en découle, dépend beaucoup des commandes publiques sérieusement ralenties ces dernières années. “C’est très variable selon les sites. Ainsi, à Reichshoffen qui produit les Régiolis, notre plan de charge va jusqu’à mi-2017. Sur la Rochelle, nous avons un peu plus de visibilité grâce aux TGV, mais très peu de perspectives sur le tramway. À Valenciennes, qui produit des métros, nous avons des perspectives à plus long terme. Je ne tire pas une sonnette d’alarme, mais il faut que les commandes arrivent en 2015 parce qu’il nous faut un peu plus d’un an entre le moment où la commande arrive et le moment où les premières rames sortent de chaines”.

    L’annonce était claire : à défaut de commandes, en 2015, la casse était inévitable.

    L’État, le pire donneur d’ordres en France

    L’usine de Belfort, comme celle de Reichshoffen, produit des rames ferroviaires pour le marché intérieur français, hors TGV. Petit problème : le TGV absorbe les investissements et tue la rénovation des lignes ordinaires. Ainsi, Jean-Marc Ayrault s’était, à l’été 2013, livré à une pantalonnade dont il a le secret :

    « Les trains Intercités, qui maillent vraiment le territoire et qui facilitent la mobilité seront intégralement renouvelés entre 2015 et 2025 (…)

    Entre les TER et les TGV, les trains Intercités doivent impérativement prendre toute leur place”, a ajouté le chef du gouvernement. L’État doit lancer dès cet été une première commande, “d’un minimum de 500 millions d’euros pour des trains neufs (…)

    Un appel d’offres doit être lancé dès 2015 pour une deuxième tranche d’investissements, prévue à l’horizon 2018-2019, a précisé Matignon. »

    Comme chacun le sait, les promesses n’engagent que ceux qui les entendent. La promesse d’appel d’offres faite par Ayrault, et qui doit permettre de donner du travail à Belfort, n’a évidemment pas été tenue. Voici où en est le dossier :

    « La SNCF lancera « d’ici la fin de l’année » un appel d’offres « à la demande de l’État »pour acquérir de nouveaux trains destinés à trois lignes Intercités « structurantes », a indiqué jeudi le secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies. »

    Cette annonce date… du 21 juillet 2016.

    Autrement dit, l’État a pris deux ans de retard dans ses commandes, et s’étonne ensuite des difficultés de l’usine qui doit les satisfaire…

    On ne sait si l’attitude du gouvernement relève du mépris ou de l’incompétence. Ou des deux.

    Le gouvernement alerté par les syndicats depuis 6 mois

    Le 30 mars 2016, lors du Comité Stratégique de la Filière Ferroviaire, la CFDT Alstom avait distribué ce tract :

    cfdt

    Autrement dit, les syndicats ont, dès le mois de mars, alerté le gouvernement sur la situation qui se créait dans les usines ferroviaires. En vain.

    Qui va payer pour sauver Belfort, devinez ???

    Une question simple maintenant : pour sauver Belfort comme l’a indiqué François Hollande, qui va payer ?

    La solution technique que le gouvernement va choisir est évidemment très simple : il va ordonner à la SNCF de commander immédiatement des rames auprès d’Alstom, alors même que la SNCF préfère commander auprès de Bombardier ou de Siemens, moins chers. Et qui va payer ? le client de la SNCF, qui paie déjà pour les retraites des cheminots une surcote équivalent à 10% du prix des billets.

    Mais, bien entendu, il ne faut le dire à personne… Expliquer que tous les Français vont payer de leur poche le sauvetage d’une usine belfortaine mise en difficulté par l’État, ce serait vraiment politiquement incorrect. Il est tellement plus confortable d’expliquer que, tout ça, c’est la faute des patrons qui font tout en cachette.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Une grande partie de nos politiques sont devenus des professionnels, mais également en aggravant un grand % d'entre eux, (près de 90 %), se trouvent également à être des fonctionnaires à vie et avec avantages sociaux auto accordé…

     

    La classe politique française est devenue une des plus corrompue et inefficace de L'OCDE.

     

     

    Comment ces gens, intéressés en premier par leur carrière où, pour certains par leurs "plaçous" à vie peuvent réellement "représenter" ou être au "service" de la diversité des peuple "citoyens"  français ce, "honnêtement" (sans parti pris), et pouvoir diriger avec "bonne célérité économique" notre pays.

     

    Sachant qu'un politique professionnel représente en premier son parti, (donc, l’idéologie de ce parti), le citoyens ou, l’électeur ne devenant que secondaire, (tout juste utile le jour du vote).

     

    La classe politique française est devenue une des plus corrompue et inefficace de L'OCDE.

     

    Si de plus il est fonctionnaire, avant tout, il va « avantager et protéger » sa corporation, corporation devenue, d’élections en élections, la plus nombreuse de France, (autour de 7 000 000 de personnes vivant sous ce statut où en très proche de ce statut) et, donc, représentant près de 25 % d'électorat, (soit une corporation se représentant majoritairement elle-même, "90 % de nos élus", grâce à son propre statut de "fonctionnaire politique", ce qui devrait être interdit pour conflits d’intérêts).

     

    La classe politique française est devenue une des plus corrompue et inefficace de L'OCDE.

     

     

    De là il est très facile de comprend la décadence morale et économique de notre pays par abus de prélèvement d’État, prélèvements devenus abusifs et n'ayant plu qu'un but, maintenir la fidélité de cet électorat, (pour la gauche) et, pour la droite essayer de le conquérir avec les mêmes méthodes.

     

    D’où, depuis plus de 30 ans des politiques gouvernementales sociales corporatives "fonctions et services publics", (droite et gauches), coûteuses n'avantagent plus que nos fonctions publiques et assimilées. (aujourd'hui, nous sommes à près de 90 % d’élus cumulant le fonctionnariat à vie à celui d'élu politique... élus devenus un des « métiers » les plus rémunérateurs du pays et presque sans risque du fait d’être en plus, fonctionnaire à vie).

     

    Décadence morale et recul économiquement dont les bases sont la corruption électorale avec pour moteur la protection et la distribution d'avantages "sociaux et financier corporatifs" aux plus proches du pouvoir en place ce, en échange de leurs voix.

     

    Voir la dernière décision "politique" de Hollande pour essayer de maintenir à son avantage électorale personnel la fonction publique, elle va coûter des milliards au pays alors, qu'il est devenu obligatoire de revoir le nombre et le statut de cette corporation que le pays, économiquement, ne plus payer.


    (Notre dette nationale ne servant qu'à cela).

     

     

    Cette distribution d'avantages sociaux ou financiers de faisant toujours au détriment du citoyen lambda et payeur.

     

    La classe politique française est devenue une des plus corrompue et inefficace de L'OCDE.

     



     



     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique